Le 01-08-2016

24h au Campus Misericordiae

Samedi matin a débuté notre pèlerinage vers le Campus Misericordiae, une immense plaine prête à accueillir plusieurs millions de jeunes. C'est par une chaleur torride que nous avons marché les quelques kilomètres nous séparant du Champ de la Miséricorde. Les Polonais nous ont une fois de plus montré leur générosité tout au long du chemin en nous offrant un morceau de pomme du jardin ou en sortant les tuyaux d'arrosage pour nous rafraichir. Notre fraternité a également reçu une nouvelle mascotte : un oiseau en peluche qui s'est envolé de la fenêtre d'un appartement en notre direction. Nous l'avons baptisé Guymauve.

À notre arrivée au Campus Misericordiae, la première étape était de trouver un bon emplacement puisque c'est là que nous devions rester les prochaines 24 heures. Les Belges étaient situés dans un secteur d'où ils pouvaient voir le podium : beaucoup d'autres n'ont pas eu cette chance. En effet, les différents secteurs s'étendaient parfois à des kilomètres à la ronde. Une fois installés, le programme de l'après-midi était simple : repas et farniente en attendant la venue du pape pour la veillée.

Celle-ci a débuté avec des témoignages donnés par trois jeunes : ils ont partagé une expérience de miséricorde qui les a poussés à s'engager dans le monde. Le pape François nous a ensuite invités à ne pas être des chrétiens sur divan, qui laissent les autres choisir pour nous plutôt que de nous engager nous-mêmes. Il a ensuite laissé la place au Seigneur en nous proposant un moment d'adoration et la prière du chapelet à la Divine miséricorde. Avant de nous tourner vers Notre-Dame de Czestochowa, chacun a reçu une bougie qu'il a allumée dans l'obscurité de la nuit. Voir la lumière s'étendre peu à peu était un beau signe d'espérance : si une petite flamme est allumée, elle peut toujours en allumer d'autres et, de cette manière, la lumière peut se propager à l'infini.

Un concert a conclu la veillée, et une nuit à la belle étoile sous un ciel clément nous attendait. C'est entre les chants et les danses des jeunes de tous pays que nous nous sommes endormis paisiblement. Mais il faut bien avouer que le réveil ce dimanche matin fut difficile. Certains ont d'ailleurs fait une grasse matinée jusqu'à l'eucharistie finale – c'est l'avantage de ne pas devoir parcourir des kilomètres pour se rendre à la messe ! Encore une fois, la chaleur était au rendez-vous, avec quelques conséquences négatives : les ambulanciers n'ont pas chômé durant la matinée en raison de malaises et insolations. Durant cette messe, pendant le credo, nous avons pu porter un foulard blanc sur lequel nous avons indiqué notre date de baptême. Bon nombre de sms ont donc été envoyés par les jeunes durant la semaine aux mamans et papas pour connaitre la date de leur baptême. Bonne piqûre de rappel donc, alors que le pape Jean-Paul II disait que le plus beau jour de sa vie était celui de son baptême. Il paraît qu'une messe n'est pas valide si elle n'a pas de petites annonces…;-) Le pape n'a donc pas dérogé à la règle et nous a annoncé le lieu des prochaines JMJ : c'est le Panama qui les accueillera en 2019.

 Pour ne pas rester coincer dans les embouteillages à la sortie du Campus Misericordiae, nous avons pris tout notre temps pour sortir… Mais nous avons rattrapé les bouchons au tram, ainsi que la pluie et les orages ! Après toutes les péripéties pour rentrer à Libiąż, nos familles nous attendaient pour un dernier repas familial, qui fut le bienvenu.